Toute la team à Fuerteventura

Publié le 14 novembre 2017
On a testé pour vous

Mercredi 18h…!! Il est bientôt l’heure de couper la centrale téléphonique et de paramétrer notre message d’absence. Nos bagages sont prêts et nous sommes sur le qui-vive : dans quelques heures nous serons dans l’avion en direction de Fuerteventura ! En effet, l’hôtel Melia Gorriones a invité toute l’équipe de Fun & Fly pour 4 jours de sport et de fiesta.

Nous passons le premier soir au luxueux hôtel Melia de Madrid et après une bonne nuit de repos, nous prenons la route (les airs) vers Fuerteventura.

Arrivé à l’aéroport, on est complètement dépaysé !  L’aéroport est collé à l’océan et si on regarde de l’autre côté, on aperçoit les paysages lunaires de Fuerteventura.

On grimpe dans la navette et 45 minutes plus tard nous voilà au Melia Gorriones. On a à peine le temps de découvrir nos chambres et de prendre une petite douche qu’il est l’heure de déjeuner. Nous sommes dans les chambres dites “Level” qui sont haut de gamme ++ et donnent accès au restaurant Oasis un peu plus calme juste à côté de la piscine et offrant un large choix de plats en particulier pour le dîner. Honnêtement, ça vaut le détour !

Pas le temps de chômer… on prend un petit café et Annika, la Directrice des centres René Egli, nous accompagne pour la visite des clubs sportifs.

Il suffit de faire 100 mètres pour arriver au club de kite. En plein milieu des palmiers, on se sent comme dans une petite oasis. Le club est équipé de matériel Cabrinha. A savoir : juste devant le club, il y a une lagune peu profonde idéale pour l’apprentissage. A cause des marées, elle n’est remplie qu’une semaine sur deux. Si elle n’est pas remplie, vous prendrez une navette pour aller un peu plus loin.

300 mètres plus loin, bienvenue dans le plus grand club de windsurf au monde ! Ici c’est le “Jouet Club” des grands enfants de la glisse. Voiles et flotteurs de toutes tailles sont minutieusement rangés prêts à tirer de longs bords ... Il ne manque que le vent, prévu pour le lendemain !!!

Last step (but not the least) : la visite de l’hôtel Melià Gorriones.

L’hôtel est très grand. En quelques mots, ce qu’il faut retenir :​

  • “Vue mer” = vue sur le spot et “Vue Sotavento” = vue un peu plus dégagée sur l'océan.  On préfère la vue mer afin de checker les conditions dès le matin ;
  • Chambres “Level” : plus spacieuses, accès à des salons privés, espace hammam/jacuzzi, restaurant plus calme ;
  • Sol Beach House : un ensemble de chambres spatieuses "Level" dans un bâtiment à côté de l’hôtel principal ; destiné à devenir un hôtel à part entière à partir de Janvier 2018. C’est notre coup de coeur, avec sa décoration rétro chic et ses grands balcons avec vue sur l’océan !

Chambre Level Sol Beach House

 

L’après-midi a été intensive. Après le boulot, place à l’apéro ! L’hôtel dispose d’un bar à cocktail, et avec la formule “all inclusive” nous y avons accès. Après quelques mots d’espagnol baragouinés, la serveuse nous conseille d’aller à Costa Calma ce soir (jeudi) et de partir sur Gran Tarajal pour un festival les deux prochaines soirées. La règle n° 1 à l’étranger étant de toujours faire confiance aux locaux (locales), nous nous exécutons.  Nous sommes hors saison, et les bars de Costa Calma n’étaient pas très remplis. La soirée est restée calme.

Le lendemain matin après un bon petit déjeuner copieux, nous sommes partis pour une excursion 4x4 dans le parc national de Cofete sur la presqu'île de Jandia. Ici les paysages sont volcano-désertiques. Les pistes sont tracées au milieu des montagnes de roche noire. Arrivés au sommet, nous avons une vue époustouflante sur la plage de Cofete et… sur des petites biquettes qui semblent habituées aux touristes !

On remonte dans les VW Transporter 4x4 et on descend en direction de la plage de Cofete, au Nord Ouest de la péninsule. L’immensité de la plage et les grosses vagues donnent un sentiment de liberté exceptionnel ! On en profite pour faire quelques acrobaties et on repart pour le Sud-Est vers la Punta de Jandia. Certains iront admirer le phare de Jandia. Ici en regardant bien, on peut apercevoir Gran Canaria, une autre île de l’archipel des Canaries. D’autres (un peu plus fatigués de la veille) préféreront se reposer sur la plage et jouer à la pétanque avec des galets (on s’amuse comme on peut !).

S’en suivra une bonne paëlla typique avant de repartir vers Sotavento pour une après-midi glisse.

Arrivés sur le spot, le vent nous a fait des siennes. Juste assez pour que Matthieu et Nico s’essayent au foil. Géraud, Mamat et Tristan iront choper quelques vagues en longboard devant le club de windsurf.

Le soir, on teste le restaurant “normal” (pas le “Level”), globalement la nourriture reste la même bien qu’il y ait un peu moins de choix. La vraie différence est que la salle est un peu bruyante et qu’il y a un peu plus de monde donc d’attente au buffet.

Après quelques cocktails au bar, on décide de suivre notre plan de la veille et on part à Gran Tarajal pour un festival gratuit sur la plage. La règle n° 1 (si vous n’avez pas suivi : toujours écouter les locaux) s’applique à merveille ! La musique est bonne, il y a énormément de monde et on passe un super moment.

 

 

Ca y est c’est notre dernier jour. On part pour l’ION CLUB de Risco del Paso. Après une visite du club, du matos et une présentation de l’équipe, on part pour une session de SUP yoga/SUP tradi dans les vaguelettes.

L’après-midi, la plupart de l’équipe choisit de se reposer et de profiter du jacuzzi, du hammam et de la piscine. Géraud et Tristan partent pour une session de surf à La Pared. S’en suivra un apéro à l’ION CLUB de Costa Calma avant de repartir avec toute l’équipe à Gran Tarajal pour le festival.

Le lendemain, nous prenons la route du retour afin d’être opérationnels le lundi matin. Bien qu’Eole nous ait joué des tours, nous n’avons pas eu le temps de nous ennuyer. Nous tenons à remercier Nelly du groupe Melia pour cette invitation et pour nous avoir accompagnés durant ces 4 jours. Nous tenons aussi à remercier Maïté, notre responsable production pour avoir concocté ce petit programme.

Maintenant la grande question est : quel sera notre prochain trip ?